la mérule un champignon devastateur

Ce site est en cours d'évolution comme ce satané champignon, n'hésitez pas à revenir le visiter, merci

La mérule pleureuse le cancer des bâtiments


Août 2018 : Voici plus de 21 mois que nous vivons au contact de la mérule. Vu l'humidité de cet été, nous nous préparons à vivre l'enfer!

La TV

 





    Rappel de notre histoire :

 

    En avril 2016, nous avons acheté une maison de ville à St Gaudens ( Sud de la Haute-Garonne)  au moyen de toutes nos économies et de plusieurs emprunts sur 15, 18 et 20 ans.

 

    Nous avons confié toute notre enveloppe de travaux de rénovation à un maître d'oeuvre qui nous a été présenté par l'agent immobilier ayant conclu la vente. Après 4 mois d'une rénovation importante réalisée exclusivement par des professionnels artisans, nous avons emménagé dans ce qui qui devait être notre foyer le 11 août 2016  avec nos 2 enfants de 9 ans et 3 ans. 

 

     A peine installés, nous avons observé que le parquet du salon présentait un vice et, après accident ( rupture d'une lame de plancher sous le poids de l'un d'entre nous), nous avons  constaté la présence d' un champignon :  nous avons alors découvert qu'il s'agissait  de la MERULE PLEUREUSE (surnommée "le cancer des bâtiments").

 

     Dès lors, notre rêve d'avoir élu domicile dans cette maison s'est transformé en CAUCHEMAR.

 

     Notre parquet s'est littéralement  éventré, plusieurs lames se sont gondolées puis ont craqué, laissant échapper une poudre rougeâtre partout dans le salon et la cuisine attenante. Nous avons dû alors entreprendre de nettoyer tous les jours car cette poudre revenait incessamment envahir l'intérieur même des placards de cuisine nous obligeant à tout stocker ailleurs.

 

     Dès le mois de septembre 2016 ,nous contactons un expert mycologue et judiciaire. Il nous annonce le pire: c'est tout notre rez-de-chaussée (plancher bois) qui est infesté par la MERULE. Il nous confirme que le problème est ancien, évidemment bien antérieur à notre achat.

 

     Aucun recours n'étant envisageable du côté de l'assurance habitation (sinistre non garanti par les assurances), il nous recommande naturellement d'entamer une procédure judiciaire à l'encontre des vendeurs  d'autant plus qu'il a constaté de nombreux éléments suspicieux (une partie du plancher, au même endroit, a fait l'objet d'une dépose suite à des désordres et une réfection partielle de celui ci a été effectuée avant la mise en vente du bien par les vendeurs. La reprise de ce parquet ne respecte manifestement pas les règles de l'art. )

 

    Nous sommes aujourd’hui au mois  de mars  2018, 18 mois après notre emménagement et nous souffrons avec nos enfants, au quotidien de cette situation intenable. Tous nos projets dans cette maison se sont effondrés nets. Le sentiment que notre argent a été gaspillé est immense. 

 

     Nous sommes éprouvés par la situation en elle-même et par la procédure judiciaire  en cours .  Nous avons obtenu une ordonnance en référé par jugement du tribunal de Grande Instance le 12 juin dernier.  Elle missionne un expert en bâtiment pour déterminer les causes et les responsabilités des parties. Une première réunion s'est tenue au mois de septembre 2017. La prochaine va avoir lieu le 30 mars 2018. Que de longs délais !!

 

     Outre les vendeurs, nous avions accordé notre confiance à de nombreux professionnels : agent immobilier, diagnostiqueur, notaire mais aussi maître d'oeuvre et artisans.Nous les suspectons tous, à minima, d'incompétence voire de malveillance à notre égard. Dans tous les cas, la procédure promet d'être longue car nous avons contre nous des personnes qui ne pourront être contraints que par la justice. 

 

     Nous savons que nous aurions dû quitter cette maison à très court terme, le sol s'effondrant progressivement , les spores incessants volatiles et marron  se propageant partout : nous les  inhalons insidieusement.  Nous avons effectivement appris les risques sanitaires (cf rubrique : Les dangers pour notre Santé). Nous vivons donc dans une atmosphère totalement insalubre mais nous ne pouvons pas partir... Où aller ? Avec quel argent ?  Tout notre argent a été immobilisé dans cette habitation.

 

     Nous avons fait notre déclaration en Mairie en octobre 2016, rapport de l'expert à l'appui. Cf Loi ALUR. Nous détenons simplement une attestation. A ce jour, malgré nos demandes, pour le moment, les organismes d'état, notamment l' l'ARS (Agence Régionale de Santé ) n'ont pas répondu à notre appel à l'aide. La mairie ne peut apparemment pas faire davantage. Nous avions espérer un dégrèvement partiel des taxes foncières dans le cadre d'un contentieux, au titre de l'insalubrité... avec encore des démarches administratives et justificatives très lourdes. Rien ne nous a été accordé finalement, encore des espoirs déçus.

 

     Nous avons dû faire le deuil de cette maison depuis des mois alors que nous y vivons et nous sommes dans l'espoir et dans l'attente de pouvoir la quitter et re-construire notre vie ailleurs. La procédure promet d'être longue... quel âge auront nos enfants quand nous pourrons les  sortir de cette sordide affaire ?

 

     Nous sommes une famille honnête et  nous avons besoin de nourrir notre courage :

AIDEZ-NOUS en relayant le plus possible notre histoire, en vous informant sur les méfaits de la mérule, en visitant notre blog, en signant notre pétition. Merci !

 

Des limaces  s'invitent dans notre salon

Avril 2017 plus qu'une solive à ronger pour la Mérule et si le sol se dérobe, nous faisons une chute de 2 mètres dans la cave.

Août 2018 la mérule dans notre cave